La nouvelle révolution Blockchain pourrait nous venir d'Australie

Permalink Email to the author Report to webmaster

Des chercheurs de l’Université de Sydney construisent un blockchain super rapide et sûr, qui a le potentiel de révolutionner l’économie mondiale.

Il est maintenant bien connu que le Bitcoin, et la technologie Blockchain, ont des difficultés à répondre à une forte demande sur leur réseau, et donc à s’adapter à un nombre important d’utilisateurs ; le réseau sature et les frais de transactions augmentent jusqu’à rendre l’utilisation de la cryptomonnaie impossible.

VISA peut gérer 2 000 transactions par seconde, en moyenne, et peut, si nécessaire, en traiter jusqu’à 56 000 par seconde (bien que ce débit théorique n’ait jamais été atteint, même durant les périodes de shopping intense). PayPal, pour sa part, assure une moyenne de 115 TPS.

Le Bitcoin, par contre, ne peut en prendre que 7 par seconde à cause de la taille des blocs qui est limitées à 1 Mo. Mais cette limitation de taille (qu’on essaie actuellement de corriger avec Segwit) n’est qu’une part des problèmes auxquels doit faire face la technologie Blockchain.

Entre autres :

  • La puissance de calcul : Le protocole lui-même demande une certaine puissance de calcul aux nœuds (différente du Proof of Work utilisé pour le minage) afin de vérifier que les transactions sont authentiques (chaque portefeuille, ou nœud, réalise cette vérification lorsqu'il reçoie une transaction diffusée sur le réseau et avant de décider de l'inclure dans un nouveau bloc).
  • La bande passante : Le réseau, si nous envisageons 2000 TPS comme VISA, devrait être capable de diffuser 8 Mo/s de données de transactions (pour une moyenne de 0,5 ko par transaction). Bien que cette bande passante soit accessible à une partie des utilisateurs, une fois les transactions ajoutées à un bloc et acceptées, elle sont renvoyées aux nœuds (même à ceux qui les avaient déjà aperçues), ce qui a pour effet de doubler la bande passante nécessaire.
  • Le stockage : À un taux de 2000 TPS, chaque bloc pourrait peser plus d’un gigaoctet. Bien qu’il ne soit pas nécessaire à tous les nœuds de stocker toute l’information contenue dans une transaction ou un bloc, le protocole du Bitcoin utilise le système de transaction UTXO, qui rassemble les transactions non dépensées pour connaître le solde d’un portefeuille et amasser les satoshis nécessaires à une transaction. Cette chaîne de dépenses et reçus utilisée pour chaque envoie est vérifiée à chaque nouvelle transaction et à mesure que le blockchain grossit, les disques durs actuels tendent à ne plus assurer un service assez rapide et peuvent faire totalement bloquer les portefeuilles.

Le Bitcoin traine donc très loin derrière VISA et SWIFT.

Lightning & Thunder networks

Le Lightning Network est un protocole alternatif d’authentification des transactions, où les nœuds créent des chaînes de micro-paiement entre eux et ne se réfèrent au blockchain qu’occasionnellement. Les utilisateurs intéragissent donc avec ces chaînes de paiements et n’utilisent le blockchain que pour les gros transferts.

Le Lightning Network est actuellement considérée comme la meilleure proposition pour résoudre ces problèmes d’adaptabilité et de flexibilité du Blockchain. Thunder Network en est la première implémentation réaliste, et ses développeurs promettent 100 000 TPS avec uniquement un millier de nœuds sur le réseau. Ce système est actuellement en version alpha et nous verrons ce qu’il donne, à l'avenir.

Red Belly

Entre temps, une équipe de chercheurs de l’Université de Sidney présente « Red Belly Blockchain », un nouveau système qui permettrait des transferts cryptomonnaie sûrs et quasi-instantanés.

Notre blockchain atteint la meilleure performance qu’on n’ait jamais vu sur un Blockchain, avec plus de 440 000 transaction par seconde sur 100 machines.

Cette performance impressionnante – obtenue lors des essais – a été révélée par le Dr. Vincent Gramoli, à la tête du Concurrent Systems Research Group, qui développe la technologie. Il parait aussi que le système s’adapte davantage : en effet, après seulement trois mois de tests, le réseau affiche 660 000 TPS sur 300 machines, une performance qui représenterait un réel challenge, même aux géants du paiement en ligne comme VISA ou SWIFT.

Contrairement au blockchain classique (à consensus), ce réseau est construit afin de traiter des centaines de milliers de transactions par seconde, venant d’un nombre illimité de clients, avec des performances adaptatives.

Red Belly Blockchain a été construit pour fonctionner autant sur des réseaux publics (comme la cryptomonnaie) que sur des réseaux privées (que des banques, des États ou des entreprises pourraient vouloir adopter). De plus, le blockchain comble certaines lacunes du Bitcoin, comme la double-dépense dûe aux forks et et les forks eux-mêmes.

L’équipe publiera bientôt un portefeuille pour permettre aux utilisateurs de réaliser des transactions et de consulter leurs comptes. Si cette technologie s’avère viable à long terme, la course vers l’échelonnage pourrait bien être terminée.


Sources


🚀 Rejoignez-nous sur le groupe Telegram Subspace Club pour discuter des nouvelles autour de la cryptomonnaie, de minage, de trading et de technologie Blockchain.

4 users rated this post.
Vote now!
Cumulative results: 20 points • Rating: 2.713

About Jahus :

  • Member since: 5 months ago
  • From: Ireland
  • Last seen: 1 days ago

View full profile ›